PRÉSENTATION DU PROGRAMME MÉDIMURS / 2011-2015 / EFFETS-FRONTIÈRES EN MÉDITERRANÉE

Recherche menée avec le soutien du Conseil régional d’Aquitaine et du Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux, sous la responsabilité scientifique d’Evelyne Ritaine, 2011-2015. Ont participé à ce programme : F. Ballif, L. Beurdeley, S. Bonnefille, F. Burchianti, O. Clochard, P. Cuttitta, L. Gabrielli, S. Imbert-Vier, L. Lemaire, J. Lemoux, S. Mangriotis, P. Maquet, R. Matuszewicz, L. Pillant, E. Ritaine, L. Tassin.

*

« C’est le long de la côte que passaient la route de la soie et celle de l’ambre, que s’entrecroisaient les chemins du sel et des épices, de l’huile et des parfums, les voies des outils et des armes, des arts et du savoir, des prophéties et de la foi. L’Europe naquit en Méditerranée »
Predrag Matvejevitch, Bréviaire méditerranéen, Paris, Fayard, 1992, p.17.

« Nous sommes les innombrables, redoublés à chaque case d’échiquier,
Nous pavons de squelettes votre mer pour marcher dessus. »
Erri De Luca, Aller simple, Paris, Gallimard, 2012, p.61.

L’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est marqué par la violence : violences faites aux clandestins (la « Méditerranée cimetière »[1]), violences faites aux candidats au déplacement, violences subies par les sociétés locales aux prises avec ces drames humains, violences activées et instrumentalisées par des acteurs politiques « entrepreneurs de l’insécurité » (Ritaine, 2005).

L’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est caractérisé par l’anomie institutionnelle et politique de l’UE, incapable de communautariser une politique de la frontière et une politique de l’immigration (Ritaine, 2012). Aussi la gestion des frontières y est-elle le résultat, non d’une prise de décision univoque, mais de l’accumulation de décisions, nationales et européennes, prises en réponse à des situations construites comme des urgences successives, que les acteurs politiques cherchent ensuite à rationaliser et à intégrer : la violence institutionnelle multiplie ici, par ses errements, la violence situationnelle.

Enfin, l’espace méditerranéen, du point de vue frontalier, est, en tant qu’espace majoritairement maritime, un espace très particulier pour la mise en place des technologies de surveillance. Bien plus complexe que l’autre frontière maritime hyper-contrôlée, celle de l’Australie, il suppose le contrôle des eaux territoriales et internationales, des îles et des détroits, des enclaves, des ports et des navires, d’aéroports très fréquentés, et de côtes étrangères, etc., ainsi que la coopération des Etats de l’autre rive. Tout ceci est encore compliqué par un contexte de relations historiquement et socialement très denses entre les deux rives de la Méditerranée.

Nous avons cherché à rendre compte, dans une perspective anthropologique, du changement subi par cet espace social d’échanges intenses, lorsque celui-ci est devenu une zone hyper-contrôlée et troublée par les conséquences de ces contrôles. Nous envisageons donc un contexte géopolitique spécifique de la « frontiérisation » (bordering) européenne.

Nous avons travaillé en utilisant la notion de borderscape qui nous permet de tenir ensemble et de faire varier les différentes échelles et qualités du fait frontière : « Such a reflection offers us opportunity to adopt a kaleidoscopic looking glass by assuming, at the same time, a multi-sited approach not only combining different places where borderscapes could be observed and experienced – both in borderlands and wherever specific borderscaping processes have impacts, are represented, negotiated or displaced – but also different socio-cultural, political, economic, legal and historical settings where a space of negotiating actors, practices, and discourses is articulated at the intersection of “competing and even contradictory emplacements and temporalities” (Rajaram and Grundy-Warr, 2007) »[2].

Nous sommes tous convaincus par les avancées des borders studies qui construisent la frontière comme omniprésente : « frontières réticulaires » (Arbaret), « pixellisation des frontières » (Bigo, Guild), « frontières de statuts » (Cuttitta), « gouvernementalité de la mobilité » par des « smart borders » (Biersteker, Ceyan, Bigo), etc. Dans ce cadre, pour nous qui avons choisi de travailler sur l’espace méditerranéen, et singulièrement sur la frontière européenne en Méditerranée, l’imaginaire de la « smart border« , filtre efficient et élégant[3], se heurte au fait qu’on meurt en masse, ou qu’on est longuement enfermé, à la frontière en Méditerranée[4]. Aussi notre objectif a-t-il été de chercher à faire comprendre la violence qui s’est instituée dans l’espace sociopolitique  méditerranéen, depuis que la Méditerranée est frontière sud de l’UE et frontière renforcée.

Le terrain choisi induit la prise en considération de la spécificité spatiale et géopolitique. Il ne s’agit pas de mener une étude globale de la politique européenne des frontières, mais de penser cette politique européenne en Méditerranée, et les politiques nationales/locales qui se développent en même temps.  Il s’agit de ne pas ignorer les effets spatiaux et les effets politiques localisés, malgré l’importance des techniques de contrôle déterritorialisé. Il s’agit aussi de mener une réflexion sur les deux côtés de la frontière (UE / Etats du Maghreb notamment).

La problématique commune est construite sur trois axes théoriques.

Nous considérons la frontière comme un dispositif (au sens foucaldien du terme), différencié dans le temps et l’espace (matériel/virtuel ; linéaire/pixellisé ; spatialisé/bureaucratique), politiquement construit et efficient (effets pratiques/effets symboliques).

Nous considérons la  frontière comme un dispositif de triage entre les statuts (différenciation permanente des statuts, inégalités dans la liberté de circuler, pratiques de contrôle arbitraires, stratégies de contournement).

Nous considérons la frontière comme génératrice de marquages matériels, paysagers, politico-administratifs, symboliques.

L’objet de notre recherche est né d’une constatation : les études sur les renforcements de frontière pointent toutes, d’abord, la combinatoire politique incertaine qui les produit, ensuite la vanité sécuritaire de ces dispositifs, elles évoquent enfin, (trop?) rapidement, les effets sociopolitiques de ces renforcements.  C’est à ces derniers que nous consacrons nos travaux.

Dans ce borderscape méditerranéen, nous nous intéressons aux effets non prévus (au sens d’effets d’agrégation) des politiques de renforcement de la frontière en Méditerranée.

Aussi, bien que conscients de l’ubiquité de la frontière contemporaine, nous avons ici pris au sérieux l’effet socio-spatial de la « frontiérisation ». Nous nous sommes demandé quels en étaient les effets concrets sur les systèmes sociopolitiques localisés : nous avons enquêté sur des sites de la frontière européenne en Méditerranée. Nous nous sommes interrogés sur les significations sociales et politiques attribuées à cette « frontiérisation » : nous avons travaillé sur les interprétations de la frontière européenne en Méditerranée.

En ce sens, nous repartons de ces mots : « Mais le marquage d’une frontière n’a ni le contrôle pour unique objectif, ni la bureaucratie comme unique acteur. On peut aussi y déceler de la démonstration, du symbole, de la construction d’identités, de la criminalisation de l’Autre, des stratégies de politique intérieure comme extérieure. La matérialité parle aux représentations, les représentations se nourrissent de matérialité, dans un contexte d’intense médiatisation »[5].

Evelyne Ritaine, 2013

[1] cf. The Migrants’ Files project, http://www.detective.io/detective/the-migrants-files  ou    http://fortresseurope.blogspot.fr/

[2] Brambilla 2014, in Acme , cf. aussi Geopolitics

[3] Illustré par exemple par le prototype de check point idéal promu par l’IATA

[4] Illustré par exemple par les naufrages autour de Lampedusa

[5] Bigo D., Bocco R., Piermy J.-L., « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières », Cultures et Conflits, 73  » Frontières, marquages et disputes », 2009, 7-14, p.8-10.

Crédit photo : Stéphanie Bonnefille, Cimetière des bateaux de Lampedusa, 2014.